Mercredi 24 février 2021 - A situation sanitaire exceptionnelle : dispositif exceptionnel. Pour cette édition du GPLC, une partie des élèves de l’enseignement optionnel musique présents au lycée, et une autre partie, connectés depuis leur cam à la maison, ont pu avoir des échanges libres avec l’un des six compositeurs (dont une compositrice) en lice pour le prix 2021.

Pour le Lycée d’Abbeville, c’est Franck Bedrossian, compositeur français travaillant aux USA, qui a conversé avec les élèves sur son métier de compositeur, sa vie, son œuvre mais aussi son rapport à la musique… Un grand merci à lui pour ces échanges riches et constructifs !

Rendez-vous fin mars (en visio) pour la remise du prix au lauréat et la création de Régis Campo, gagnant 2020, avec l’Orchestre National de France, à travers une captation spéciale prévue à Radio-France.

 

Le replay de la création de The Wonder of life est désormais disponible via ce lien : https://www.gplc.musiquenouvelleenliberte.org/commande/2020/

 

Nicolas, ancien élève du lycée et élève en CPES au CRR d'Amiens, a composé une pièce électroacoustique s'inspirant de la démarche de Bérangère Maximin, compositrice en lice. Cette œuvre sera disponible dans un espace d'exposition virtuelle en fin d'année scolaire.

 

Plus d’infos sur le GPLC :

https://www.gplc.musiquenouvelleenliberte.org/principes/

gplc-logo.png

 

Mardi 11 février 2020 – Pour la première fois, la ville d’Amiens a accueilli la 1e journée régionale Hauts-de-France dédiée au Grand Prix Lycéen des Compositeurs, à l’occasion de sa 21e édition. Les abbevillois ont été de la partie, et ont pu échanger avec les 6 compositeurs en lice venus spécialement à leur rencontre, parmi 600 autres lycéens venus des quatre coins de la région.

Cela a été l’occasion de participer à des échanges constructifs sur la création musicale, d’apprécier la manière dont un compositeur livre son œuvre à un orchestre (répétition de Laurent Petitgirard, 1er lauréat du GPLC en 2000 avec les musiciens de l’Orchestre de Picardie), et d’assister à un concert symphonique autour de chefs d’œuvres du patrimoine musical (Mozart, Mendelssohn et Tchaïkovsky). Expérience marquante à coup sûr pour l’ensemble des élèves participants et enthousiastes autour de ce temps fort musical !IMG 5447

Mercredis 8, 15 & 22 janvier 2020 – Courant janvier, les élèves de 1e ASSP du LP ont pu bénéficier, dans le cadre de leur formation vocale et musicale (expérimentation pédagogique d’acquisition de compétences supplémentaires), de l’intervention de deux professionnels de l’art-thérapie amiénoises (musicothérapeute et art-thérapeute snoezelen).

Camille Sélesta et Caroline Vaché ont pu faire partager leurs expériences professionnelles et montrer leurs champs d’intervention diversifiés, en faisant également prendre conscience aux futurs professionnels de l’accompagnement à la personne, que la musique, et les arts peuvent accompagner le quotidien, en palliant à la souffrance morale et physique de personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie.

Voici leur parole libre, relevée à l’issue des ateliers :

« Cela nous a appris que la voix et les instruments peuvent soulager, par des vibrations, en nous faisant découvrir de nouveaux sons qui massent. » (Marion et Ilona)

« La musicothérapie apaise et détend. »

« Ça nous a apporté du bien-être, de la confiance en nous. L’activité qu’on a faite avec les yeux bandés, en écoutant les sons autour, nous a apaisée. »

« Pour les personnes atteintes de maladies graves (cancer, amputations), ça leur permet de s’évader, de se détendre en leur faisant penser à autre chose. » (Mathilde et Julie)

« J'ai beaucoup aimé le moment où nous avons eu les yeux bandés en utilisant un objet musical sans savoir ce que c'était, tout comme le contact impressionnant avec le bol tibétain rempli d’eau qui a vibrée. » (Jeanne)

« J’ai fait connaissance avec de nouveaux instruments et cela m’a déstressé. » (Manon)

« Personnellement, cela m’a détendu, soulagé et relaxé. J’étais calme après l’atelier. » (Amélie)

« Cela pourra nous être utile dans notre futur métier, au contact d'enfants ou de personnes âgées, ainsi que de personnes en difficulté, pour les accompagner calmement et leur venir en aide. » (Jeanne, Clara H. et Clara M.)

« Cela peut nous être utile dans notre futur, pour apaiser les enfants et les personnes âgées. » (Océane)

Image1

Image6

IMG 2798IMG 2783

Image3Image4IMG 2854

Image5

IMG 3653

 

Protocole harcèlement

jbdp

Radio Lycée

jbdp

Année Boucher de Perthes

jbdp

enthdf

imagesonisep

Hauts-de-France esidoc